Observatoire photographique des paysages
du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin

Un observatoire photographique du paysage est un dispositif de « mise en images » du paysage d'un territoire donné, utilisant la photographie. Cet observatoire s'intéresse au paysage du territoire du PNR de Millevaches en Limousin, perçu à hauteur d'homme. Il cherche à mettre en évidence les caractéristiques et les évolutions du paysage du quotidien par la visualisation de modifications (ou pas) au fil du temps. Ainsi, les photographies sont réalisées suivant un protocole permettant de faire de nouvelles prises de vue dans les années à venir. Lorsqu'elle est disponible, la carte postale ancienne offre aussi la possibilité d'une comparaison.

Pour chaque point, une carte de reconduction téléchargeable permet à tout un chacun de se rendre sur site pour observer le paysage actuel et reprendre la photographie correspondante.

Après une première série en 2019 sur les communes de la vallée de la Diège, le photographe Claude Belime a couvert l'ensemble du territoire entre 2020 et 2022, pour constituer le corpus initial de l'Observatoire photographique participatif du Paysage du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin comprenant plus de 150 photographies.

Découvrir ce point d'observation
Photographie
Bourg
Royère-de-Vassivière
Vue de la Poste de Royère-de-Vassivière et HLM de la rue Martin Nadaud.
Découvrir ce point d'observation
Photographie
La gare
Merlines
Vue sur la gare et les lignes de chemin de fer désaffectées
Découvrir ce point d'observation
Photographie
Chauvet
Monestier-Merlines
Etang avec petite construction de loisir, au second plan des pâtures avec du bétail et au loin, le massif du Sancy, parcelles de feuillus autour des prairies, à Monestier-Merlines
Découvrir ce point d'observation
Photographie
Vervialle
La Nouaille
Etang de Vervialle, à la Nouaille
Découvrir ce point d'observation
Photographie
Tafalechas
Saint-Sulpice-les-Bois
Ambiance sombre des forêts de Douglas à Saint-Sulpice-les-Bois

« S'élargissent alors les pâtures apparues parcimonieusement sur les hauts, elles s'étalent vers le fond de la vallée, ouvrant alors le paysage… »
Claude Belime, photographe